Bienvenue sur notre site Cuba Ron S.A.

Cuba Ron S.A. Corporation est l'organisation productrice des marques de rhum à Cuba, récepteur des traditions les plus fidèles de la culture cubaine du rhum.

Voir les conditions d'utilisation

Histoires du rhum

Recherche

Textes : José Pablo Navarro Campa, Premier Maitre du Rhum Cubain

Le « rhum léger » est né à Cuba dans la seconde moitié du XIXe siècle et il est accepté l´an 1862 (il y a 150 ans) comme l'année de fondation et, Don Facundo Bacardí Masso comme le principal protagoniste pour faire ce rhum si distingué dans le monde.

Il y a des siècles, il y avait des précurseurs tels que le al-kohl à des fins médicinales des arabes, le kill-devil (tue le diable) ou le rumbullion (grand tumulte) produit dans les colonies françaises des Antilles, lesquels comme dérivation du kill-devil est connu comme guildive et à Cuba comme tafia.

Au milieu du XVIIe siècle le terme rhum fut utilisé à la Barbade et d´une manière officielle à la Jamaïque en 1666, et il est spéculé que le terme est dérivé de l'ancienne liqueur Brum produite en Malaisie.

Bien qu'il soit très difficile de situer avec une précision historique l'émergence de rhum dans un temps défini dans l'espace, sans aucun doute et ce qui fait les cubains fier, c´était à Santiago de Cuba, avec le soutien d'autres spécialistes, où il a été installé définitivement en dépit d'autres importantes tentatives le long de l'île. A partir de cette ville orientale sont partis les conquérants de l'Amérique et avec eux le rhum léger cubain pour gagner la préférence des consommateurs dans le monde entier.

Cependant, les distilleries et les magasins d'alcool ont également été mis au point dans le reste du pays. La prospérité atteint dans leurs productions d´eau de vie et du rhum ont fait que nombreux d´entre ces autres endroits ont atteint la reconnaissance tels que Santa Cruz del Norte, village de pêcheurs au nord de La Havane qui a été nommé municipalité, ou bien Cárdenas, à l´origine village et puis une ville, et aussi Cienfuegos, ville laquelle grâce à sa distillerie San Lino a fait présente ses liqueurs au Moulin Rouge.

La naissance de rhum léger à Cuba a été le résultat de l'incompatibilité du goût âpre et dur de la tafia consommée et distribuée par les gens durs de la mer (des corsaires et des pirates) dans leurs bacchanales, avec la demande croissante d´un doux spiritueux apporté de la métropole pour la consommation des colonisateurs et de la société la plus raffinée et éduquée.

Cependant, le développement de rhum léger avait de grands obstacles, parce que son évolution a coïncidé avec les seuils de la guerre pour l'indépendance de Cuba, accompagnée par la destruction logique des plantations et des sucreries.

Une façon personnelle de faire du rhum

Il y a une « façon cubaine de fabriquer le rhum » laquelle n'a pas été à l´écart de celle héritée des premiers maîtres de rhum depuis plus d'un siècle.
Le rhum cubain léger est fabriqué à partir de la mélasse de canne à sucre que pousse sous un climat –  le régime des précipitations et les caractéristiques des températures tout au long de l'année – que favorise la maturation de la canne et la qualité de la mélasse. Ces avantages permettent de stocker la mélasse sans détérioration pendant de longues périodes de temps, en conservant des concentrations élevées de sucres, une acidité et un niveau de polymères faibles, ainsi que la présence d'une microflore naturelle que contribue au développement de la saveur lors de la fermentation ultérieure, avec l'utilisation d'une culture mixte des levures soigneusement cultivée pendant de nombreuses années.

Le vin obtenu à partir de la fermentation de la mélasse est soumis à deux procédés de distillation : l´une pour obtenir un distillat aromatique connue comme l´eau de vie ; et l´autre pour atteindre un alcool « superfine », de valeur organoleptique appréciable.
A Cuba il y a une réglementation particulière pour l´eau de vie et son utilisation dans le rhum. Celle-ci exige une fermentation sous des paramètres strictement réglementés et contrôlés, une distillation dans des équipement en cuivre et avec des régulations spécifiques par rapport à la rapidité de la distillation, le temps de séjour et le rapport cuivre/ eau de vie ainsi que l'utilisation des équipements du design propre.

L´eau-de-vie obtenu est le résultat de la sélection de trois fusionnés que garantissent d´une manière stable le profil organoleptique de l´eau-de-vie du rhum cubain. Il s´agit d´une évaluation sensorielle qui peuvent faire les maîtres du rhum cubain qui gardent dans leur « mémoire » l´eau de vie habituel, c´est à dire le profil aromatique qui distingue ce rhum et qui est transmis d'une génération à l'autre.

Depuis toujours ce qui est inhérent à la fabrication du rhum cubain est l´exécution de diverses étapes de vieillissement, une première pour l´eau de vie, et au moins un autre pour le vieillissement du rhum frais résultant des mélanges d´eaux-de vie vieux et de l´alcool superfine hautement purifié.

Des différentes étapes de vieillissement suivirent dans la fabrication des rhums vieux lorsque chacune d´elles sont arrêtées et redémarré grace aux mélanges vers des nouvelles et supérieures qualités de vieillissements.

Il est constitutif de la façon historique de faire les rhums cubains, la pratique d´une purification de l´eau-de vie vieux lente et contrôlée à travers d´un lit fixe de charbon actif, sous l’observance strict des maîtres rhumiers qui, en plus, conçoivent les équipes sur le plan technologique.

De nouveaux mélanges ont été mis au point en vertu de ces critères de base, et des nouvelles étapes du vieillissement ont été testées en utilisant les réserves obsolètes stockées pour longtemps dans les navires vieillissement centenaires ainsi que la variété de barils existants selon leur temps d'utilisation.

L'industrie du rhum à Cuba a développé son potentiel de production et a inséré de nouvelles usines, en conservant la continuité dans les fondements qui l´ont donné lieu et en intégrant des nouvelles réalisations de la science et de la technique et les traditions les plus riches du rhum cubain.

Le maître rhumier, « le gardien du rhum cubain ».

Bien que le climat favorise la production de rhum cubain et que la façon de le faire est unique, grâce à ses réserves très vieux et la structure d'âge très particulier dans leurs barriques, on compte aussi sur le patrimoine transmis sans interruption de génération en génération par les maîtres rhumiers. Ceux-ci lui donnent sa propre empreinte et en conséquence est impossible de fabriquer ce rhum uniquement par des machines et en dehors de son contexte géographique et culturel.

L'autorité du maître rhumier n'est pas donnée par une désignation ou une nomination dans un poste, mais par la reconnaissance de son autorité et son statut d'auteur, pour être qui prend soin de leurs rhums le plus, de chaque baril, de chaque mélange, de chaque matière première.

Le maître rhumier grandit quand il reconnaît ses tonneaux et ce que chacun contient, quand il reconnaît son propre rhum quel que soit l´étape de la fabrication et peut juger de ses progrès. C'est celui que tout le monde a vu se développer pendant de nombreuses années attaché à ses rhums avec un code éthique exigeant, respectant les procédures et donnant l'exemple. C'est lui qui a intériorisé la culture de fabrication du rhum cubaine et qui la défend dans tous les domaines. Il est celui qui, reconnaissant de ce qui a été appris, se préoccupe au sujet de l'enseignement d'autres, loin de l'égoïsme, puisque sa tâche fondamentale est celle de communiquer et de transmettre aux autres toute l'expérience et le bagage culturel accumulé dans le bon faire du rhum pour donner la nécessaire continuité historique.

Lorsque le maître rhumier voyage à l'étranger pour faire une présentation, une dégustation et  même une dégustation d´une marque spécifique de rhum cubain, il est fier de venir du berceau du rhum léger dans le monde, mais plus particulièrement du rhum léger cubain, fils d´une technologie exclusive, cent pour cent naturelle, qui ne déçoit pas avec des artifice et des essences, dont le goût et l´odeur viennent de la canne à sucre, qui ne résulte pas des machines mais choisi par le maître rhumier, qui, grâce à son arôme et sa saveur, sa douceur, la force de son eau-de-vie, la couleur gaie de son arôme et de sa saveur, rappelle et rend présent une part très importante de la culture cubaine.

Êtes-Vous Prêt à Apprendre au sujet de Cocktails cubains?
Est maintenant commencé
Édition limitée

Rhum Siglo y 1/2

Afin de commémorer le 150 anniversaire, les Maîtres du Rhum ont préparé un nouveau produit, avec une production limitée par son incroyable qualité. Maintenant, nous présentons un produit qui est l'excellence même, quelque chose de sublime préparé avec beaucoup d'amour, de dévouement et de mysticisme, en l'honneur du rhum cubain authentique et authentique de tous les temps.

Degré alcoolique: 40%

Couleur: Moyen-foncé

Qualité: 100%

Édition limitée

Cubay Carta Blanca Extra Viejo

Unique et irremplaçable, d'une saveur extraordinaire et d'un arôme délicat, le rhum cubain provient de la canne à sucre qui, avec sa douceur et son esprit, s'exprime dans une magnifique eau-de-vie sagement vieillie et les secrets centenaires des Maîtres cubains du Rhum. sont le complément de cette création mythique.

Degré alcoolique: 40%

Couleur: Lumière-Ambre

Qualité: 95%

Édition limitée

Rhum Santiago de Cuba 500

Son goût est un voyage magique à travers les saveurs de fruits variés et doux et les épices qui poussent sur cette terre. Le Rhum Santiago de Cuba 500 est une rencontre privilégiée à cent pour cent avec le personnage de Santiago.

Degré alcoolique: 40%

Couleur: Foncé

Qualité: 100%

Édition limitée

Rhum Isla del Tesoro

C'est un mélange de bases de rhums vieillis dans des «coffres précieux», qui reproduisent une fois de plus le «joyau merveilleux». du rhum cubain, héritier de la sagesse, la livraison et le travail de la vigoureuse usine de rhum de Santiago de Cuba, avec plus de 150 ans consacrés à la fabrication de l'authentique "tout le rhum".

Degré alcoolique: 40%

Couleur: Moyen

Qualité: 95%